Le clavier sans fil d’Apple

Image

J’en avais envie depuis un moment de ce clavier, surtout après la frustration laissée par le BeeWi. Mais maintenant n’en parlons plus, concentrons nous sur ce clavier Apple couplé avec l’iPad.

La mise en service du clavier et le couplage avec l’iPad est enfantin, mais non décrit dans la documentation du clavier. Deux opérations sont a réaliser. La première consiste a activer l’option Bluetooth sur l’iPad (Préférence->Général->Bluetooth) et de rester sur cet écran. La deuxième opération consiste a alumer le clavier Apple. Un message apparait alors sur l’iPad qui affiche un code de quatre chiffres à saisir sur le clavier (attention ne pas utiliser la touche Shift pour saisir les chiffres). Et voilà les deux appareils sont jumelés et donc prêt à fonctionner ensemble.

Dans mon cas, l’utilisation du clavier externe reste occasionnelle. Le but n’est pas de se trimbaler de réunion en réunion avec un portable sous le bras (clavier, souris, UC, alimentation) comme la plupart de mes collègues le font. Par contre, l’iPad a pris une telle place dans mon quotidien, que j’épprouve le besoin de pouvoir disposer de tout l’écran de l’iPad devant moi et d’un bon clavier pour rédiger une note, un billet, un mail nécessitant une attention plus particulière.

Les applications de prises de notes tirent le meilleur partie du clavier externe. Avec un logiciel comme Pages ou Notebooks, nous pouvons profiter de l’écran et de quelques raccourcis claviers intéressants, qui amènent un vrai confort. Ces applications sont les mieux pensées pour l’utilisation du clavier externe. C’est pour moi avec ce genre d’applications, qu’est la seule vrai plus value du clavier externe.

Dans des logiciels comme Mail, il faut déjà nuancer les apports. La barre de tabulation permet de naviguer dans les différents champs (pour:, cc:, Sujet, corps du texte…) d’un mail est cours de rédaction. En revanche, en dehors de la rédaction d’un message, il n’est pas possible de réaliser des actions avec le clavier. Il faut obligatoirement recourir au doigt pour pointer un mail, faire défiler ou en créer un nouveau. C’est dommage qu’Apple n’est pas prévu une utilisation plus aboutie avec le clavier. Peut être que la version 5 d’iOS améliorera les choses de ce point de vue.

Enfin, pour les autres applications elles ne sont généralement pas prévues pour utiliser un clavier externe. Un bon exemple est Numbers. Je m’attendais à pouvoir utiliser le clavier avec Numbers. Et bien non ! Il n’est même pas possible de déplacer le curseur avec les flèches du clavier. Autant dire que le clavier n’a plus aucun intéret.

Les points forts :
– le confort d’utilisation avec un touché agréable et peu bruillant
– la possibilité de taper rapidement comme sur un clavier normal (mais c’est un clavier normal !)
– le volume contenu de l’engin qui reste compatbile avec l’ultra mobilité donnée par l’iPad
– les touches « spécifiques » iPad comme le volume, le rétroeclairage, les touches de contrôle de la musique

Les points faibles :
– trop d’applications qui n’exploitent pas suffisamment les possibilités du clavier externe
– son prix un peu élevé (Apple oblige ?)
– la difficulté de trouver une housse de transport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.